• NÚ GBÁYÁ 

     


    1          kpɔk
    2          yiitoo
    3          taar
    4          naar
    5          mɔɔrɔ
    6          mɔɔrɔ ɗoŋ kpɔk
    7          mɔɔrɔ ɗoŋ yiito
    8          mɔɔrɔ ɗoŋ taar
    9          mɔɔrɔ ɗoŋ naar
    10        ɓu


    11         ɓukɔ zaŋaa kpɔk
    12        ɓukɔ zaŋaa yiitoo
    13        ɓukɔ zaŋaa taar
    14        ɓukɔ zaŋaa naar
    15        ɓukɔ zaŋaa mɔɔrɔ
    16        ɓukɔ zaŋaa mɔɔrɔ ɗoŋ kpɔk
    17        ɓukɔ zaŋaa mɔɔrɔ ɗoŋ yiitoo
    18        ɓukɔ zaŋaa mɔɔrɔ ɗoŋ taar
    19        ɓukɔ zaŋaa mɔɔrɔ ɗoŋ naar


    20        ɓu yiitoo
    21         ɓu yiitoo zaŋaa kpɔk
    30        ɓu taar
    40        ɓu naar
    50        ɓu mɔɔrɔ
    60        ɓu mɔɔrɔ ɗoŋ kpɔk
    70        ɓu mɔɔrɔ ɗoŋ yiitoo
    80        ɓu mɔɔrɔ ɗoŋ taar
    90        ɓu mɔɔrɔ ɗoŋ naar
    100      gɔm-ma
    1000   saki

     

     

    La langue gbaya est en fait constituée de nombreuses variétés dialectales dont le gbaya bodoe dans ce lexique représente une forme parmi toutes les autres. Parlée essentiellement à l'ouest de la République centrafricaine et, dans une moindre mesure, à l'est du Cameroun, la langue appartient à la branche oubanguienne de la famille nigéro-congolaise ou Niger-Congo, et demeure toujours un moyen de communication oral malgré un début de forme écrite représentée notamment dans le premier dictionnaire gbaya qui a servi de base à ce lexique.
    Son système numéral est de type décimal avec une structure quinaire (base 5) pour les nombres 6 à 9.

     NB:  En raison de problème techniques, il a été impossible de reproduire l'ensemble des signes diacritiques sans dénaturer l'orthographe des mots par rapport à leur graphie d'origine.

     

     

     


  • X̄Á՚ ISLAK̕ALA 



    1          n̓áukʷ
    2          má՚ elaukʷ
    3          yúdukʷ
    4          mukʷ, muukʷ
    5          sek̕áukʷ
    6          q̓etl̕áukʷ
    7          malháus
    8          yudexʷáus
    9          muwáus
    10        q̓ápu


    11         n̓áxʷegiu
    12         malhegiú
    13         yúdexʷegiu
    14         muwágiu
    15         sek̕ágiu
    16         q̓etl̕ágiu
    17         malháusegiu
    18         yudexʷáusegiu
    19         muwáusegiu


    20        m̓énceqʷ
    21         m̓énceqʷ gi n̓axʷegiu
    30        yúdexʷp̓ena
    40        múp̓ena
    50        sek̕áp̓ena
    60        q̓etl̕áp̓ena
    70        malháusp̓ena, malhp̓enkáus
    80        yudexʷp̓enkáus
    90        múp̓enkáus
    100      sek̕áukʷs begʷánem   (5 hommes)
    1000   q̓ápup̓enks begʷánem   (10 hommes)



    Les langues wakashanes forment un ensemble de six langues amérindiennes dont l'une est encore parlée aux Etats-Unis et les cinq autres le long de la côte Sud de la province canadienne de la Colombie-Britannique près de l'île de Vancouver. Parmi elles, on peut relever le haisla qui appartient à la branche septentrionale ou kwakiutlane de cette petite famille linguistique et dont les deux variantes dialectales sont parlées dans les villages de Kitimaat et Kitlope. A la suite du déclin de la population en raison des épidémies importées par les Européens et l'interdiction aux enfants de parler leur langue maternelle il y a  quelques décennies, le haisla est aujourd'hui menacé de disparition après avoir cédé sa place à l'anglais. La fondation d'une organisation locale en 1998, Na Na Kila Institute, a permis la préservation de la culture du peuple Haisla et un petit progamme d'enseignement dans l'un des villages permet d'apprendre la langue. Parmi les trois systèmes d'orthographe développés, celui de la linguiste Emmon Bach fut adopté par la nation Haisla et c'est lui qui est à la base de ce lexique.
    Le système numéral est décimal, mais les nombres 11 à 19 sont utilisés pour former les nombres intermédiaires au-delà de 20.



    L'alphabet haisla est le suivant:

    a    ՚a   b   c    c̓   d   dl   e   ՚e  g   gʷ    ḡ   ḡʷ   h

    i   ՚i   k   kʷ   k̕    k̕ʷ   l   l̕   lh   m   m̓   n   n̓   o   

    ՚o   p    p̓   q    qʷ   q̓   q̓ʷ   s   t   t̕   tl   tl̕   u   ՚u

    w   w̓   x   xʷ   x̄   x̄ʷ   y   y̓   z

     

    NB:  Pour des raisons techniques, le signe diachritique macron placé à l'origine sur la lettre x et l'apostrophe sur les lettres c, k, m, n, p, q, w et y sont décalés dans mon lexique.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Afficher l'image d'origine

     

     


  • HUL̓Q̓UMÍN̓UM̓ 



    1          nuc̓a̕
    2          yusél̕u
    3          lhixw
    4          x̌u̕ áthun
    5          lhq̓ecus
    6          t̕x̌um
    7          t̕ha̕ kwus
    8          te̕ cus
    9          too:xw
    10       ̕ apun



    11        ̕ apun ʼiʼ k̕w nuc̓a̕
    12        ̕ apun ʼiʼ k̕w yusél̕u
    13        ̕ apun ʼiʼ k̕w lhixw
    14        ̕ apun ʼiʼ k̕w x̌u̕ áthun
    15        ̕ apun ʼiʼ k̕w lhq̓ecus
    16        ̕ apun ʼiʼ k̕w t̕x̌um
    17        ̕ apun ʼiʼ k̕w t̕ha̕ kwus
    18        ̕ apun ʼiʼ k̕w te̕ cus
    19        ̕ apun ʼiʼ k̕w too:xw


    20        ck̕wush
    21         ck̕wush ʼiʼ k̕w nuc̓a̕
    30        lhuxwulhshé̕
    40        x̌uthunlhshé̕
    50        lhq̓ucsulhshé̕
    60        t̕x̌umulhshé̕
    70        t̕hukwulhshé̕
    80        tu̕ csulhshé̕
    90        too:xwulhshé̕
    100      nec̓uwuc
    1000   tawsun,̕ upénnuc



    L'halkomelem de l'ïle de Vancouver (Island), au Canada, est une variété de l'halkomelem continental (Upriver), mais son lexique est tellement éloigné qu'il est considéré par certains comme une langue séparée. Il appartient à la branche centrale des langues salish et dispose d'une écriture basée sur l'alphabet latin avec quelques signes diachritiques complémentaires. La langue est principalement constituée de trois dialectes qui représentent chacun une des composantes de cette nation amérindienne: Chemainus, Nanaimo et Nanoose. Langue très difficile en raison notamment de nombreux coups de glotte sur les consonnes représentés par l'apostrophe, elle est peu utilisée si bien qu'un processus de sauvegarde a été engagé grâce à son apprentissage dans certaines écoles élémentaires, mais le matériel écrit est presque inexistant.
    Le système numéral est de type décimal.


    L'alphabet halkomelem est le suivant:

    ՚   a   c   c̓   ch   c̓h   e   f   h   i   k   kw   k̕w   l    l̕

    lh   m   m̓  n   n̓   oo   p   p̓  q   q̓  qw   q̓w   s  sh  

    t   t̕   th   tth   t̕h   t̕l   u   w   w̓   xw   x̌   x̌w  y   y̓ 

    Remarque:  En raison de problèmes techniques, l'apostrophe située à l'origine sur certaines consonnes et le signe diachritique sur le x sont décalés.

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    La langue est représentée par la couleur marron.


  • LANGUES ABORIGENES D'AUSTRALIE


    La caractéristique commune de toutes les langues aborigènes d'Australie est qu'elles ont développé peu de nombres pour énumérer les objets, les choses et les êtres vivants.




    BAYUNGU

    Le bayungu est une langue aborigène menacée d'extinction appartenant au groupe ganyara de la famille linguistique Pama-Nyungan. Cette langue est encore parlée sur la côte de l'Australie-Occidentale, à proximité de Ningaloo Marine Park, et utilise une forme écrite pour sa sauvegarde. Les nombres traditionnels sont les suivants:

    1     gurriga
    2    gutharra
    3    jarrgu, mankurr



    BILINARRA

    Composé de trois dialectes, le bilinarra, qui est parlé dans le district de Victoria River, dans le Territoire du Nord, fait partie du groupe Ngumpin oriental de la famille Pama-Nyungan. Il existe 10 nombres dans cette langue:

    1     jindagu                                   6    janga
    2    gujarra                                    7    wirlgi
    3    murrgun                                 8   ngarlaga
    4    bungpi                                    9    gardag
    5    wardan                                   10  dimurrug



    BURARRA

    Parlé dans les régions de Blyth et Cadell Rivers ainsi que dans la ville de Maningrida, dans le North-Central Arnhemland (Territoire du Nord), le burarra, constitué de trois dialectes (Gun-narta, Gun-narda et Gun-nartpa), appartient au groupe maningrida des langues d'Arnhem, elles-mêmes peut-être rattachées à la famille Pama-Nyungan. Les nombres traditionnels sont les suivants:

    1     ngardapa
    2    -jirrapa, -gulirrwirrka, -jilirrwirrka
    5    arr-ngardapa arr-murna, arr-gunapa arr-murna,
          arr-munganaguwa arr-murna
    10  arr-jirrapa arr-murna, arr-gulirrwirrka arr-murna



    DJINANG

    On peut situer le djinang, langue du groupe yolngu de la famille Pama-Nyungan, sur la Terre d'Arnhem, une des cinq régions du Territoire du Nord. On dénombre pas moins de sept dialectes correspondant aux clans qui le parlent: Manyarring, Marrangu, Murrungun, Balmbi, Jardiwichibi, Miljingi et Wurlaki. Il existe seulement trois nombres:

    1     wurpmi
    2    bilawili, bin.gili
    3    rlurrkun, warrngguwili

     

     

    GAMILARAAY/YUWAALARAAY/YUWAALAYAAY

    Ces trois langues sont parlées au nord de la Nouvelle-Galles du Sud, le plus peuplé des Etats australiens, dans une zone délimitée par les localités de Walgett, Goodooga, Mungindi, Goondiwindi, Ashford, Tamworth, Murrurundi et Coonabarabran. Elles appartiennent à la branche Wiradhuric de la famille Pama-Nyungan et constituent un des plus importants groupes de langues aborigènes de cet Etat. Langues moribondes du fait de leur déclin au cours des années passées, elles bénéficient depuis d'une légère renaissance en raison de l'accroissement de la population. Enseignées dans certaines écoles, elles sont considérées par les linguistes comme des dialectes d'une seule langue et leur vocabulaire très proche et parfaitement compris entre ces peuples circule sans problème d'une langue à l'autre. La numération limitée à 10 grâce à la création de nouveaux mots est la suivante:

    1          maal/milan
    2         bulaarr
    3         gulibaa
    4         buligaa
    5         maa

    les nouvelles créations étant:

    6         yuli
    7         guulay
    8         galay
    9         mirraal
    10       banay
    100     barriga
    1000  dhawadha



    IWAIDJA

    L'iwaidja , en voie d'extinction, est parlé sur l'île Croker et dans la péninsule de Cobourg, sur la Terre d'Arnhem occidentale, située dans le Territoire du Nord. La langue appartient à la famille iwaidjan, laquelle ne dépend pas de l'ensemble linguistique pama-nyungan. Les cinq nombres existants sont les suivants:

    1     wartad
    2    ngarrkarrk
    3    ngarrkaldawartad
    4    ngarrkaldangarrkarrk
    5    kurrkamajurnu

     

     

    KAYTETYE

    Peu de locuteurs parlent encore le kaytetye, une langue aborigène du groupe arandic de la famille pama-nyungan, si bien qu'on peut la considérer comme moribonde. Cette langue survit encore au nord de la région d'Alice Springs, une des cinq régions constituant le Territoire du Nord, en Australie-Centrale, plus précisément autour de Barrow Creek et Tennant Creek. Le kaytetye est assez éloigné des deux autres langues du groupe, l'anmatyerr et l'alyawarr, auxquelles il a emprunté de nombreux mots, notamment par la jeune génération, mais, pour se maintenir, il a du également emprunter à l'anglais pour combler l'inexistence d'équivalents dans sa langue. La naissance d'une forme écrite à partir de l'alphabet anglais connut un début difficile du fait que beaucoup de sons du kaytetye lui sont étrangers si bien que la première orthographe vit le jour en 1976 avec de nombreuses adaptations ultérieures. La numération du kaytetye est limitée à trois nombres et deux combinaisons:

    1      awenyerre
    2     atherre
    3     arrkwentye
           atherr-awenyerre   (2-1)
    4     atherr-atherre         (2-2)
    5     arrkwenty-atherre  (3-2)



    MAUNG

    Le maung ou mawng est parlé dans les îles Goulburn situées au large de la côte nord de la Terre d'Arnhem, dans le Territoire du Nord. Il appartient aux langues iwaidjan de la famille non-Pama Nyungan. Il existe seulement deux nombres:

    1     ninyarakap, yarakap
    2    ngarrkarrk



    NGARLUMA

    Le ngarluma est une des langues principales parlée autour et dans la ville de Roebourne ainsi qu'autour d'autres villes de la région de Pilbara, en Australie-Occidentale, un Etat situé dans l'ouest de l'Australie. Cette langue aborigène, qui possède quatre dialectes, appartient au groupe Ngayarda de la famille linguistique Pama-Nyungan. Le ngarluma, bien que menacé d'extinction, s'est doté d'une écriture comme bon nombre d'autres langues et est néanmoins enseigné dans les écoles locales. Traditionnellement, la langue n'emploie pas de mots pour compter à l'exception des quatre premiers nombres:

    1      gunyjimu
    2     gutharra
    3     burrgu, jarrgurdi
    4     gurlugurlu maru, gutharra gutharra

     

     

    NGAANYATJARRA/NGAATJATJARRA 

    Le ngaanyatjarra et le ngaatjatjarra sont deux variétés dialectales tellement proches qu'elles portent un nom commun, lesquelles appartiennent au sous-groupe Wati de la branche sud-occidentale de la famille aborigène Pama-Nyungan. Elles dépendent d'un ensemble linguistique nommée Western Desert Language dont les multiples variantes ont des différences infimes. Parlées par des communautés vivant entre autres à Warburton, Warakurna, Papulankutja et Tjukurla dans le Désert Central de l'Australie-Occidentale, ces deux "langues", dont les peuples se mélangèrent entre 1935 et 1968, étaient à l'origine orale, mais leur étude permit l'apparition d'une forme écrite à partir de l'alphabet latin dans les années 50 qui servira de base aux publications ultérieures. Il existe seulement 10 nombres pour compter:

    1      kutju
    2      kutjarra
    3      marnkurr(pa)
    4      kutjarra-kutjarra
    5      kutjarra-marnkurr(pa)
    6      ???
    7       yarlkara
    8      kuru
    9      tjarukutu
    10    nuutu

     

     

    NYANGUMARTA

    Le nyangumarta est parlé en Australie-Occidentale près du lac Waukarlykarly ainsi que dans la ville de Port Hedland située dans la région de Pilbara. Cette langue aborigène appartient au groupe Nyungic de la branche Marrngu de la famille Pama-Nyungan et possède quatre variantes dialectales: Ngurlipatu, Wanyarli, Pijikala et Kuntal. Bien que la population revendique son héritage culturel, le nyangumarta est peu parlé même si certains membres de cette communauté ont travaillé avec les linguistes pour la sauvegarde de leur langue. Le système numéral est le suivant:


    1      waraja
    2      kujarra
    3      kujarrapa waraja
    4      ???
    5      parirr warajakarti  (littéralement vers une main)
    6      jikiji (emprunté à l'anglais)

     



    PITJANTJATJARA/YANKUNYTJATJARA 

    Le pitjantjatjara appartient au groupe dialectal du désert occidental australien, l'un des plus connus et les plus étudiés. Avec le yankunytjatjara, ils forment une seule langue dépendant de la grande famille linguistique aborigène d'Australie, les langues Pama-Nyungan. Ces dialectes constituant le groupe dit Western Desert Language sont situés dans le désert du centre et du nord-ouest de l'Australie. Le pitjantjatjara emploie l'alphabet latin depuis 1940, lequel fut standardisé en 1979 avec l'utilisation d'un tiret souscrit sous certaines consonnes.

    Comme la plupart des langues aborigènes, la liste des noms de nombres est très limitée. Pour ce qui est du pitjantjatjara, on peut noter la numération suivante:

    1       kutju
    2       kutjara
    3       maṉkur(pa)
    4       kutjara-kutjara
    5       maṉkur(pa)-kutjara
    6       maṉkur-maṉkur(pa)

    En plus de ces mots traditionnels, la langue a développé une autre série à partir de l'anglais pour les nombres 4 à 10:

    4       puupala
    5       paipa
    6       tjikitji
    7       tiapanpa
    8       aiti
    9       nainpa
    10     tiinpa

    En dehors de ces listes, les nombres anglais sont bien évidemment employés dans l'usage courant.



    TIWI

    Les îles Melville et Bathurst sont situées au nord du continent australien et plus précisément à 80 km au nord de la ville de Darwin, lesquelles dépendent du Territoire de Nord. On y parle encore une langue aborigène, le tiwi, qui n'appartient à aucun groupe linguistique. Cette langue isolée est néanmoins dotée d'une écriture et a subi l'influence de l'anglais. Son système numéral repose en fait sur 10 nombres avec de nombreuses variantes:

    1     yati, natinga
    2    yirrara, yinjara
    3    yurrajirrima, jajirrima
    4    yatawulungurri, yatapinti, yukurri
    5    pungininginta
    6    kiringarra
    7    kiringarra yati, juwunkayi, walimani, juwukayi
    8    kiringarra yirrara, punyipunyinga, punginingita yirrajirrima
    9    punyipunyinga yati, punyipunyinga natinga, puginingita yatawulungirri
    10  wamutirrara

     


    WAJARRI

    Le wajarri est une langue aborigène encore parlée par une poignée de locuteurs autour de la ville côtière de Geraldton située dans la région de Murchison en Australie-Occidentale. En raison du vaste territoire où elle est parlée, on dénombre pas moins de six variétés dialectales (Nharnu, Birdungu, Ngunuru, Nhugarn, Byro et Southern) appartenant tous au groupe kartu de la famille Pama-Nyungan. Le wajarri est enseigné dans les petites classes de deux écoles locales et dispose d'une orthographe standardisée depuis les années 90. C'est à cette époque que le Yamaji Language Centre commença à étudier cette langue aborigène avant de produire quelques travaux, puis ultérieurement du matériel sur la langue comme un dictionnaire bilingue. De nombreuses familles contribueront également à préserver la langue afin de sauvegarder leur patrimoine. Le système numéral du wajarri se résume au quatre premiers nombres:

    1    gudiya
    2    gutharra
    3    marn.gurr
    4    yalyba




    WALMAJARRI

    A l'origine parlé dans le Great Sandy Desert au sud de Kimberley, le walmajarri s'est déplacé dans les villes et communautés de Mulan (Lac Gregory) en Australie-Occidentale. Représentée par divers dialectes, Eastern (E), Juwaliny (J) Noonkanbah (N) et Middle (M), la langue appartient au groupe nqumbin de la famille pama-nyungan. Les nombres sont les suivants:

    1    layi, kayan (E/M), kumpunyu (J/M)
    2    kurriny
    3    mungkartu
    4    kurriny kurriny



    WARLPIRI

    Le warlpiri, parlé au nord et à l'ouest d'Alice Springs, dans la région du désert de Tanami (Territoire du Nord), est la plus importante langue aborigène d'Australie. Possédant de nombreux dialectes (pas moins de sept dialectes principaux), il appartient au groupe ngarrkic de la famille pama-nyungan et s'écrit depuis 1950 à l'aide de l'alphabet latin, lequel a subi des modifications ultérieures. Les nombres sont les suivants:

    1     jinta, jinta-kari, kuju, warlipirri
    2    -jarra, jirrama
    3    marnkurrpa, wirrkardu
    4    matirdiji, mirdi, murntu
    5    rdaka
    6    jilkarla, marnkurrpa kari marnkurrpa-kari
    7     wirlki
    8    paniya-jarra
    9    jarukutu, kartak, kartaku, narntirnki
    10  karlarla



    WIK MUNGKAN

    Appartenant au groupe wik (16 langues répertoriées) de la branche pama de la famille pama-nyungan, le wik mungkan, constitué de deux dialectes, est parlé à Aurukun, sur la côte ouest de la péninsule du Cap York dans le nord du Queensland.  Un programme d'enseignement bilingue fut développé depuis 1973.
    Les trois nombres traditionnels sont les suivants:

    1    thonam
    2    kucham
    3    ko'alam

     

    Afficher l'image d'origine

     

     


  • MAISIN 


    1        sesei
    2       sandei
    3       sinati
    4       fusese
    5       faketi tarosi
    6       faketi tarosi taure sesei
    7       faketi tarosi taure sandei
    8       faketi tarosi taure sinati
    9       faketi tarosi taure fusese
    10     faketi tautau                                                       (les deux mains)


    11      faketi tautau euki kete sesei
    12     faketi tautau euki kete sandei
    13     faketi tautau euki kete sinati
    14     faketi tautau euki kete fusese
    15     faketi tautau euki kete faketi tarosi
    16     faketi tautau euki kete faketi tarosi taure sesei
    17     faketi tautau euki kete faketi tarosi taure sandei
    18     faketi tautau euki kete faketi tarosi taure sinati
    19     faketi tautau euki kete faketi tarosi taure fusese


    20    tamati sesei                                                           (un homme)
    21     tamati sesei euki kete sesei
    30    tamati seseina tamati itere faketi tautau
    40    tamati sandei                                                        (deux hommes)
    50    tamati sandei tamati itere faketi tautau
    60    tamati sinati                                                          (trois hommes)
    70    tamati sinati tamati itere faketi tautau
    80    tamati fusese                                                         (quatre hommes)
    90    tamati fusese tamati itere faketi tautau
    100  tamati faketi tarosi                                               (cinq hommes)

     

     

    Située sur la côte sud-ouest de Collingwood Bay, dans la province d'Oro, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, la langue maisin, que les linguistes rattachent aux langues papoues ou aux langues austronésiennes, appartiendrait plutôt à la branche dite papoue Tip des langues océaniennes de la famille austronésienne. L'alphabet latin fut introduit pour sa sauvegarde.
    Le maisin emploie le système numéral traditionnel quinaire (base 5), mais les nombres anglais au-delà de 5 lui sont préférés pour des raisons de simplification. A noter que le nombre 5 fait allusion à "une main".

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique