• NISG̱A՚ A 



    1          k՚ il̕
    2         gilp՚ il
    3         gwilal̕
    4         tx̱alpx̱
    5         kwsdins
    6         ḵ՚ ool̕ t
    7         t՚ ipx̱ool̕ t
    8         ɢ̱andool̕ t
    9         kwsdimoos
    10       xbil̕


    11        xbil̕-di-k՚ il̕
    12       xbil̕-di-gilp՚ il
    13       xbil̕-di-gwilal̕
    14       xbil̕-di-tx̱alpx̱
    15       xbil̕-di-kwsdins
    16       xbil̕-di-ḵ՚ ool̕ t
    17       xbil̕-di-t՚ ipx̱ool̕ t
    18       xbil̕-da-ɢ̱andool̕ t
    19       xbil̕-di-kwsdimoos


    20      gilp՚ il-wil-k՚ ap
    21       gilp՚ il-wil-k՚ ap-di-k՚ il̕
    30      gwilal̕-wil-k՚ ap
    40      tx̱alpx̱-wil-k՚ ap
    50      kwsdins-wil-k՚ ap
    60      ḵ՚ ool̕ t-wil-k՚ ap
    70      t՚ ipx̱ool̕ t-wil-k՚ ap
    80      ɢ̱andool̕ t-wil-k՚ ap
    90      kwsdimoos-wil-k՚ ap
    100    xbil̕-wil-k՚ ap

     


    Le nisga'a est une langue amérindienne menacée d'extinction dont l'aire linguistique ne s'étend uniquement que sur quatre villages de la vallée du fleuve Nass, au nord-ouest de la Colombie-Britannique (Canada). Bien que l'anglais supplante la langue locale, des mesures sont néanmoins prises pour sauvegarder cette langue qui appartient au groupe nass-gitksan de la famille linguistique tsimshiane ou tsimshianique. Il existe en fait trois variantes dont le gitksan de l'est et de l'ouest que certains considèrent comme une langue séparée. L'alphabet latin actuellement en vigueur date de 1973 et se compose de 45 lettres.
    Le système numéral est décimal et il existe quatre séries de nombres de 1 à 10 pour compter entre autres les objets, les êtres humains et les animaux.



    L'alphabet nisga'a est le suivant:

    a   aa   b   d   e   ee   g   ɢ̱   gw   h   hl   i  ii

    j   k   k՚   ḵ   ḵ՚   kw   kw՚   l   l̕   m   m̓   n   n̓

    o   oo   p   p՚   s   t   t՚   tl՚   ts   ts՚   u   uu  w  

    w̓   x   x̱   xw   y   y̓   ՚

    NB:  En raison de problèmes techniques, l'apostrophe située à l'origine sur les lettres m, n, w et ainsi que la ligne souscrite sous les lettres G et x sont légèrement décalées.

     

     


  • OMYƐNƐ 



    1            môri
    2            mbani
    3            ncaro
    4            nayi
    5            otani
    6            orowa
    7            erwagenomo          (6+1)
    8            nanayi                     (2x4)
    9            enogomi                 (10-1)
    10          igomi


    11           igomi ni môri
    12          igomi ni mbani
    13          igomi ni ncaro
    14          igomi ni nayi
    15          igomi ni otani
    16          igomi ni orowa
    17          igomi ni erwagenomo
    18          igomi ni nanayi
    19          igomi ni enogomi


    20          agom՚ ambani
    21           agom՚ ambani ni môri
    30          agom՚ araro
    40          agom՚ anayi
    50          agom՚ atani
    60          agom՚ orowa
    70          agom՚ erwagenomo
    80          agom՚ enanayi
    90          agom՚ enogomi
    100        nkama
    1000     ntôzeni



    L'omyene appartient au groupe myènè des langues bantoues de la famille nigéro-congolaise (ou Niger-Congo) dans lequel figurent six variantes de la langue: adymba, enenga, galwa, mpongwè, nkômi et orungu. Parlé au Gabon principalement dans les provinces de l'Ogooué-Maritime, du Moyen-Ogooué et de l'Estuaire, l'omyene utilise l'alphabet latin qui sert de support écrit comme toutes les autres langues du Gabon. Si le mpongwè est la variante la plus étudiée du groupe, l'avenir de la langue semble néanmoins incertain, laquelle est cantonnée dans les activités culturelles. Le français, langue de l'éducation, joue un rôle majeur dans le déclin des langues de la région malgré une reconnaissance officielle de leur existence.
    Le système numéral de l'omyene est décimal avec une structure particulière pour les nombres 7 à 9.

     


  • УИЛТА 



    1           гēда
    2           ду
    3           илā
    4           ӡин
    5           тунда
    6           нуӈу
    7           нада
    8           ӡапку
    9           хују
    10         ӡон


    11          ӡон гēда
    12          ӡон ду
    13          ӡон илā
    14          ӡон ӡин
    15          ӡон тунда
    16          ӡон нуӈу
    17          ӡон нада
    18          ӡон ӡапку
    19          ӡон хују


    20         хори
    21          хор гēда
    30         иландō
    40         ӡиндō
    50         тундадō
    60         нуӈундō
    70         надандō
    80         ӡапкундō
    90         хујундō
    100       таӈгу
    1000    миӈга

    NB:  En raison de problèmes techniques, le signe diacritique macron sur la lettre э est légèrement décalé.

     


    L'île de Sakhaline située au large de la Sibérie dans la mer d'Okhotsk appartient à la Fédération de Russie. C'est dans la partie orientale de l'île et plus précisément aux alentours des villes de Poronaïsk et Nogliki que sont implantés les Oroks, une population parlant une langue du groupe méridional de la branche toungouse de la famille altaïque. Constitué de deux dialectes (Nord et Sud), l'orok exista longtemps sous la forme orale avant qu'il ne se dote d'un alphabet d'origine cyrillique en 2007. Malgré tout, la langue est peu employée au profit du russe et une seule école de Sakhaline l'enseigne actuellement. Comme la plupart des autres langues locales, l'orok tente de se maintenir, mais son avenir est plutôt incertain.
    Le système numéral est de type décimal.

    L'alphabet orok est le suivant:

     

     


  • ОРОЧИ КЭСЭНИ 

     

    1          омо(н)
    2          дю
    3          ила(н)
    4          ди:(н)
    5          туӈа(н)
    6          нюӈу(н)
    7          нада(н)
    8          дяппу(н)
    9          хую(н)
    10        дя:(н)


    11         дя:омо
    12         дя:дю
    13         дя:ила(н)
    14         дя:ди:(н)
    15         дя:туӈа(н)
    16         дя:нюӈу(н)
    17         дя:нада(н)
    18         дя:дяппу(н)
    19         дя:хую(н)


    20        ои(н)
    21         ои омо
    30        гути
    40        диндя(н)
    50        туӈандя:(н)
    60        нюӈундя(н)
    70        надандя:(н)
    80        дяппундя:(н)
    90        хуюнде:
    100      таугу
    1000   омо миӈга(н)

     

     

    La langue orotche fait partie du groupe méridional de la branche toungouse de la famille altaïque. Parlée dans le sud de la région de Khabarovsk, en Russie, essentiellement dans le cours inférieur de la rivière Tumnin et près des fleuves Amour et Kopp, cette langue est menacée d'extinction et pratiquement pas enseignée. Du fait qu'elle ne possédait aucune forme écrite, le russe devint la langue de l'éducation, l'orotche étant utilisé dans le cadre familial. Depuis peu, un alphabet basé sur le cyrillique a vu le jour et un dictionnaire fut même publié, mais l'avenir de cette langue est néanmoins totalement incertain.
    L'orotche emploie le système numéral décimal.

     

     


  • E՚ ÑEPA OROMAEPU 

     

     

    1            tityasa
    2            asa՚    
    3            asonwa
    4            asa՚ nan
    5            eñakatooma/e                                       (main entière)
    6            tityasa eñakatoityo                               (1 de l'autre main)
    7            asa՚  eñakatoityo                                    (2 de l'autre main)
    8            asa՚ nankiine, asonwa eñakatoityo    (3 de l'autre main)
    9            asa՚ nan eñakatoityo                             (4 de l'autre main)                     
    10          pananipun


    11           tityasa pataipun                                    (1 orteil du pied)
    12           asa՚  pataipun
    13           asonwa pataipun
    14           asa՚ nan pataipun
    15           patakatoityo                                          (pied entier)
    16           tityasa patakatoityo
    17           asa՚  patakatoityo
    18           asonwa patakatoityo
    19           asa՚ nan patakatoityo


    20          panapataipun
    21           panapataipun tityasa tyakope
    30          napataipun nanipun tyakope
    40          asa՚ nanki՚ ña toseñ
    50          asa՚ nanki՚ ñe pananipun tyakope
    60          asa՚  pataipun toseñ
    70          asa՚ nan pataipun toseñ
    80          tiisa nakatoityo toseñ
    90          asa՚ nanki՚ ñakatoityo toseñ
    100        napataipun toseñ
    1000     pananipun asa՚  e՚ ñepa toseñ

     

    Les Indiens Panare forment l'une des huit ethnies amérindiennes du Vénézuela. Parlé dans l'Etat de Bolivar, dans le sud du bassin de l'Orénoque, le panare appartient à la famille linguistique caribe ou caraïbe et possède de nombreux dialectes. Alors que le premier document écrit date de 1907, un alphabet moderne basé sur l'espagnol fut développé pour traduire à l'origine la Bible à l'instigation des missions catholiques qui souhaitaient convertir les peuples indigènes à la religion catholique. En 1978, le gouvernement lança un vaste programme interculturel bilingue afin de promouvoir et sauvegarder l'ensemble des langues du pays. C'est en 1994 que parut le premier dictionnaire panare.
    Le système numéral du panare est quinaire (base 5) et repose sur les parties du corps humain à partir des mots main et pied. Le système complexe des nombres intermédiaires fait intervenir les doigts et les orteils. A noter qu'il existe plusieurs variantes des nombres.

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique