• BARIAI 

     

    1          ede
    2          rua
    3          tol
    4          pange
    5          lima
    6          lima ga ede                                                 (5+1)
    7          lima ga rua                                                  (5+2)
    8          lima ga tol                                                   (5+3)
    9          lima ga pange                                             (5+4)
    10        sangaul (ede)


    11        sangaul (ede) (ga) igegea ede
    12        sangaul (ede) (ga) igegea rua
    13        sangaul (ede) (ga) igegea tol
    14        sangaul (ede) (ga) igegea pange
    15        sangaul (ede) (ga) igegea lima
    16        sangaul (ede) (ga) igegea lima ga ede
    17        sangaul (ede) (ga) igegea lima ga rua
    18        sangaul (ede) (ga) igegea lima ga tol
    19        sangaul (ede) (ga) igegea lima ga pange


    20        sangaul rua                                               (deux dizaines)
    21         sangaul rua (ga) igegea ede
    30        sangaul tol                                                 (trois dizaines)
    40        sangaul pange                                           (quatre dizaines)
    50        sangalima                                                   (cinq dizaines)
    60        sangalima sangaul ede                            (50, une dizaine)           
    70        sangalima sangaul rua                             (50, deux dizaines)
    80        sangalima sangaul tol                              (50, trois dizaines)
    90        sangalima sangaul pange                        (50, quatre dizaines)
    100      buno (ede)
    1000   bunoringring (ede)

     


    Le peuple Bariai est regroupé essentiellement dans sept villages principaux (Alaido, Mareka, Namaramanga, Bambak, Akonga, Kokopo et Gurisi) situés sur la côte nord-ouest de l'île de la Nouvelle-Bretagne dans la province de la Nouvelle-Bretagne occidentale, entre Borgen Bay et Rottock Bay, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. La langue fait partie du groupe ngero-vitiaz de la branche océanique occidentale de la famille austronésienne et ne possède aucun dialecte. Les premiers contacts occidentaux dans cette région remontent à la fin du XIXème siècle et les premières descriptions de la langue datent de 1912. Si le bariai est encore utilisé couramment par la population en dehors de l'Eglise et de l'enseignement, le tok pisin, la langue nationale, est le second mode d'expression le plus répandu si bien que la population est bilingue et mélange ces deux langues pour s'exprimer. Enseigné dans deux écoles locales, le bariai s'est doté d'une orthographe qui fut adpotée par le Bariai Literacy Committee en 1994, puis d'une grammaire et d'un dictionnaire bilingue au début des années 2000.
    Le système numéral est un mélange de type quinaire (base 5) et de type décimal (base 10). A noter que le nombre 50 sangalima est une contraction de 10 et 5.

     

     

     

    Afficher l'image d'origine


  • TANÊKSA 

     


    1            sǫsa
    2           nǫpa
    3           dani
    4           topa
    5           ksani, ksą
    6           akaxpe
    7           nǫpahudi
    8           dąhudi
    9           ckane
    10         ohi


    11          ohisǫsaxêhe
    12         ohinǫpaxêhe
    13         ohidanaxêhe
    14         ohitopaxêhe
    15         ohiksanaxêhe
    16         ohiakaxpaxêhe
    17         ohinǫpahuxêhe
    18         ohidąhuxêhe
    19         ohickanaxêhe


    20        ohi nǫpa
    21         ohi nǫpa sǫsaxêhe
    30        ohi dani
    40        ohi topa
    50        ohi ksą
    60        ohi akaxpê
    70        ohi nǫpahudi
    80        ohi dąhudi
    90        ohi ckane
    100      tsipa
    1000   tsipįcya

     

     

    Le biloxi est une langue considérée en sommeil de nos jours puisque plus un seul locuteur ne le parle. Appartenant à la branche sud-est des langues sioux (ou siouanes), cette langue était principalement parlée dans l'Etat du Mississippi. En raison d'une épidémie, les survivants de ce peuple s'installèrent avec les Indiens Tunica dans une réserve de Louisiane au 19ème siècle. L'écriture utilisée est basée sur l'alphabet latin.
    Le système numéral est décimal.

     


     


  • BRIBRI   

     

    1          èt
    2          böt
    3          mãñãt
    4          tchël
    5          skẽl
    6          tèröl
    7          kúl
    8          pàköl
    9          sũlĩtu
    10        dabòm


    11         dabòm èyök kĩ èt  
    12        dabòm èyök kĩ böt
    13        dabòm èyök kĩ mãñãt
    14        dabòm èyök kĩ tchël
    15        dabòm èyök kĩ skẽl
    16        dabòm èyök kĩ tèröl
    17        dabòm èyök kĩ kúl
    18        dabòm èyök kĩ pàköl
    19        dabòm èyök kĩ sũlĩtu


    20        dabòm böyök
    21         dabòm böyök kĩ èt
    30        dabòm mãñã yök
    40        dabòm tchë yök
    50        dabòm skẽ yök
    60        dabòm tèryök
    70        dabòm kúlyök
    80        dabòm pàryök
    90        dabòm sũlĩtuyök
    100      sien
    1000    mil

     

     NB:  Pour des raisons techniques, certains accents n'ont pu être reproduits correctement.

     


    Les Bribris forment le groupe indigène le plus important du Costa Rica si bien que leur langue est la seule qui soit enseignée dans les universités du pays. Appartenant à la famille chibchane des langues amérindiennes, le bribri est principalement parlé au sud du Costa Rica dans la vallée de Talamanca, située dans la province de Limón. Constitué de trois dialectes (de Coroma, de Amubre et de Salitre), le bribri est menacé, mais de nombreux programmes ont été développés pour qu'il puisse être sauvegardé. C'est entre autres le linguiste américain Jack Wilson qui permit à cette langue de bénéficier d'une écriture basée sur l'alphabet latin avec quelques signes diacritiques complémentaires pour
    traduire les tons et la nasalisation des voyelles.
    Le système numéral est décimal avec quelques variantes pour les nombres 1 à 4 qui se rapportent aux différentes classes de noms. 100 et 1000 ont été empruntés à l'espagnol.

     


  • CHA'TÑAN 

     


    1            ska
    2           tukwa
    3           snan
    4           jakwa
    5           ka'yu, ki'yu
    6           skwa
    7           kati
    8           snu'
    9           kaa
    10         tii


    11          tixka
    12         tityukwa
    13         tixnan
    14         tilkwa
    15         ti'ñun
    16         ti'ñun xka                                  (15+1)
    17         ti'ñun tyukwa                            (15+2)
    18         ti'ñun xnan                               (15+3)
    19         ti'ñun lkwa                                (15+4)


    20        kala
    21         kala nduwa ska
    25        kala ngi'yu                                  (20+5)
    26        kala nduwa skwa
    30        kala tyii                                       (20+10)
    31         kala tyii nduwa ska
    35        kala ndi'ñun                               (20+15)
    36        kala tyii nduwa skwa                                        
    40        tu'wa                                            (deux vingtaines)
    41         tu'wa nduwa ska
    45        tu'wa ngi'yu                                 (deux vingtaines+5)
    50        tu'wa tyii                                      (deux vingtaines+10)
    55        tu'wa ndi'ñun                              (deux vingtaines+15)
    56        tu'wa tyii nduwa skwa
    60        snan yla                                         (trois vingtaines)
    61         snan yla nsu'wi ska
    70        snan yla nsu'wi tii                       (trois vingtaines+10)
    71         snan yla nsu'wi tii nduwa ska
    80        jakwa yla                                       (quatre vingtaines)
    81         jakwa yla nsu'wi ska
    90        jakwa yla nsu'wi tii                     (quatre vingtaines+10)
    91         jakwa yla nsu'wi tii nduwa ska
    100      ska siyento
    1000   ska mi

     

    Selon les linguistes, le chatino ne représente pas une langue unique, mais un groupe de langues amérindiennes parlées dans le sud-est de l'Etat d'Oaxaca au Mexique, lesquelles appartiennent à la famille oto-mangue. On peut distinguer le chatino de Tataltepec (parlé dans la ville de Tataltepec de Valdez), le chatino de Zenzontepec (parlé principalement dans les municipalités de Zenzontepec de Santa Cruz et de San Jacinto Tlacotepec), le chatino de Zacatepec (dans les villages de San Marcos Zacatepec et de Juquila) et le chatino de la sierra composé de trois dialectes (Lachao Yolotepec, Nopala Chatino et Panixtlahuaca).
    Son système numéral est vigésimal (base 20) avec un nombre particulier pour 15 qui sert à construire les nombres 16 à 19. A noter que le chatino a emprunté à l'espagnol les nombres 100 et 1000.

     

     


  • ÚRÓÓ ÉMÁÌ 

     


    1           ò̠kpá
    2           èvá
    3           èéà
    4           èélè
    5           ìíhìè̠n
    6           èéhàn
    7           ìhíó̱n
    8           èé̱é̱n
    9           ìsín
    10         ìgbé


    11          ìgbóó̱
    12         ìgbéèvà
    13         ìgbèéà
    14         ìgbèélè
    15         ìgbìíhìè̱n
    16         ìgbèéhàn
    17         ìgbìhíó̱n
    18         ìgbèé̱é̱n
    19         ìgbìsín


    20        ùúè
    21         ùúè bí ò̠kpá
    30        ó̱gbàn
    31         ó̱gbàn bí ò̠kpá
    40        ègbò̱èvá
    50        ègbò̱èvá bí ìgbé   
    60        ègbò̱èéà 
    70        ègbò̱èéà bí ìgbé
    80        ègbò̱èélè
    90        ègbò̱èélè bí ìgbé
    100      ègbò̱ìíhìè̠n
    1000   é̠gbè̠é̠nègbò̱ìgbé


    La langue emai est parlée dans une dizaine de villages au sud-ouest du Nigéria dans l'Etat d'Edo entre les rivières Edion et Owan ainsi qu'au Bénin. Cette langue plutôt orale a fait l'objet d'une étude si bien que les premiers écrits de deux linguistes d'origine américaine et nigériane ont permis l'introduction d'un alphabet latin auquel des signes diacritiques complémentaires ont été ajoutés aux voyelles. L'emai appartient à la branche dite "édoïde" de la famille nigéro-congolaise, branche qui tire son nom de son représentant le plus important, la langue edo.
    La numération est vigésimale (base 20) à partir de 40. Le terme ègbò̱ò̱- signifie "une vingtaine" et sert à former les nombres 60 à 90.



    L'alphabet emai est le suivant:

    a   b   ch   d   e   e̠   f   g   gb   gh   h   i   j   k   kh   kp   l   m   n   nw   ny   o   o̠   p   r   s 

      sh   t   u   v   vb   w   y   z

    Il existe également des accents sur les voyelles pour marquer les tons.

    NB: En raison de problèmes techniques, la ligne souscrite présente sous les lettres e  et  o  est légèrement décalée.

     

    Afficher l'image d'origine                         Afficher l'image d'origine

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique